Gérard-Albert Brision s'exprime en public
«Cherchez le ridicule en tout, vous le trouverez.»
J. Renard

CRITIQUES

Fiel, sueur, salive, larmes, quelle humeur ?

S’exposer, comment l’entendez-vous ? Sur la table de presse bien entendu ! On garde
toujours la table, même rase. Enfin pour l’instant, puisqu’il y a des livres. Pour combien
de temps ?  Ça change quoi des livres au lieu d’une tablette fût-elle numérique?
D’abord le mot, diminué, suffixe péjorant, qui n’incite plus guère à la considération.
Vous l’imaginez crier « A tablette ! » la ménagère de moins de 50 ans? Ça marche pour
suffragette et jupette, encore que « voir sous les jupettes des filles » c’est un peu moins
fun, non ? L’affaire est entendue, gardons la table et les livres, ça vaut mieux.
Sexe posé où il faut, c’est-à-dire, caché, évoqué, suscité mais pas montré ; c’est trop
facile et pas très grisant. C’est comme le reste, les Idées, l’Amour, le Beau, le Mal,
préférable de les faire jouer derrière le rideau du romanesque, sinon cela devient vite
ob-scène. Ce n’est pas un spectacle d’écrire, c’est même le contraire, alors : allez-y
les bergères, dansez avec vos loups  et vous lecteurs critiques bandez vos arbalètes,
chargez vos couleuvrines. Ne nous faites pas causer ; que vous nous encensiez,
vouliez assassiner ou mitonniez le sursis, laissez le choix des armes, aux forçats qui la
soulèvent, la plume.
C’est que, posée sur la planche humectée de nos sueurs attablées, elle ne se laisse
pas souffler aussi facilement que les paroles volées ; taisez-vous les plumitifs, laissez
pérorer les pipelettes, mais s’ils couchent sur vélin, le fiel ou bien le miel, alors respect !
Recueillez surtout le fiel c’est le plus utile.
L'Orval Noir :
On en parle
Article de presse dans l'Ouest France
Article de presse dans le Pays d'Auge
Gérard Albert Brision  -  La Cour de France  -  14130 Pierrefitte en Auge